L'Écriture ou la Vie : Résumé du livre

5

10 avis

Jorge Semprun L'Écriture ou la Vie Résumé
Validé par notre comité éditorial Rédigé par Natacha Cerf (rédacteur).

Description du résumé sur L'Écriture ou la Vie

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre L'Écriture ou la Vie écrit par Jorge Semprun. A télécharger rapidement !

Publié en 1994, L’Écriture ou la Vie est un récit autobiographique sur la vie de l’auteur après sa libération du camp de Buchenwald et une réflexion sur les difficultés de transmettre une telle expérience. Jorge Semprun reçoit pour cette oeuvre le prix Femina Vacaresco et le prix littéraire des Droits de l’homme qui rend hommage à sa vie exemplaire, son talent et son humanisme.Le 11 avril 1945, Jorge Semprun est libéré par les troupes américaines de Patton. Jeune étudiant et poète, il sait dorénavant ce que vivre sa mort signifie et tente d’exorciser cette mort par l’écriture qui, inexorablement, l’y renvoie. Les femmes et le parapluie de Bakounine sont les étapes de l’arrachement à cette logique mortifère.

Pour en savoir plus sur le livre L'Écriture ou la Vie, n'hésitez pas à également consulter :

Extrait du résumé du livre "L'Écriture ou la Vie"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de L’Écriture ou la vie de Jorge Semprun dont voici un extrait :« Depuis deux ans dans les camps de Buchenwald, J. Semprun vit sans miroir, sans visage. Il ne voit que la maigreur croissante de son corps et son reflet dans l’allure des autres. Quand les officiers britanniques de la Libération s’avancent vers lui, Semprun voit l’épouvante dans leurs yeux et prend conscience de ce qu’il inspire.  Avant l’arrivée de ces officiers, la vie dans le camp avait déjà changé : la sirène d’alerte retentissait souvent, le son de la bataille se faisait entendre. À Berlin, les dirigeants avaient décidé d’évacuer le camp, mais une résistance passive s’était organisée et les déportés ne se présentaient plus à l’appel destiné à les réunir. Le 11 avril, des groupes de combat s’étaient rassemblés. Les bras des prisonniers étaient chargés d’armes patiemment amassées pendant ces années d’effroi pour le jour où la liberté serait proche. Plus tard, ils avaient marché sur Weimar. »Découvrez la suite dans le document.