Votre panier est vide

Le Vieux qui lisait des romans d'amour : Résumé

Rédigé par : Isabelle De Meese

Aucun avis

Validé par des experts
Visualiser un extrait Luis Sepulvéda Le Vieux qui lisait des romans d'amour Résumé

Ce document propose un résumé clair et détaillé du livre Le Vieux qui lisait des romans d'amour écrit par Luis Sepulvéda. A télécharger rapidement !

Publié en 1992, Le Vieux qui lisait des romans d’amour est le premier roman de Luis Sepúlveda, pour lequel il a reçu deux prix (France Culture étranger et Relais H du roman d’évasion). Traduit en trente-cinq langues, cet ouvrage est un best-seller.

L’œuvre raconte comment Antonio José Bolivar Proaño poursuit un félin qu’il sait être à l’origine de la mort de nombreux hommes en tant que grand connaisseur de la forêt amazonienne. De renommée internationale, le roman est également un hymne à la lecture.

Pour en savoir plus sur le livre Le Vieux qui lisait des romans d'amour, n'hésitez pas à également consulter :

» Plus d'informations sur cette analyse

Ce document propose un résumé clair et détaillé du Vieux qui lisait des romans d’amour de Sepulveda dont voici un extrait :

« À El Idilio, sur le quai du port, les habitants s’installent chacun à leur tour sur le fauteuil mobile d’un dentiste contestataire, Rubicondo Loachamín, qui se rend deux fois par an dans ce petit village isolé à bord du « Sucre », un bateau chargé de provisions.

Alors que l’équipage est prêt à appareiller, des Indiens Shuars arrivent en pirogue et leur annoncent qu’un gringo a été retrouvé mort, une nouvelle qui remet à plus tard le départ de l’équipage et du docteur. Ce dernier aperçoit alors son ami Antonio José Bolivar Proaño, avec qui il discute du temps passé.

À peine arrivé sur le quai, le maire accuse les Shuars, qu’il traite de « sauvages », d’avoir assassiné l’Américain à la machette. Ceux-ci s’en défendent et Bolivar les soutient : après avoir examiné le cadavre, il conclut que c’est un animal adulte, plus précisément une femelle, qui a tué l’homme. Le maire ne veut rien entendre et Bolivar argumente : le gringo aura probablement tué les petits et blessé le mâle, à la suite de quoi la femelle se sera vengée. Il prévient le maire qu’ « une ocelote folle de douleur est plus dangereuse que vingt assassins réunis ».

Ensuite, Bolivar continue à s’entretenir avec Loachamín, qui le ravitaille en livres : tous les six mois, le dentiste lui fournit deux romans d’amour choisis par Josefina, sa dame de compagnie. C’est en effet le genre préféré du vieillard. »

Découvrez la suite dans le document.

  • 1,99 €
    Format pdf
ISBN numérique: 9782806218391-RES