Les Caprices de Marianne

Commentaire

Les Caprices de Marianne sur La scène 2 de l'acte II

Auteur : Alfred de Musset

Analyse de : Virginie Loriot

4.5/5 (6 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ /mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Les Caprices de Marianne
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage de l’acte II, scène 2 des Caprices de Marianne reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière des thèmes de la passion tragique, de l’incommunicabilité et de la figure du héros romantique

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Les Caprices de Marianne"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de la scène 2 de l’acte II des Caprices de Marianne d’Alfred de Musset. Vous y trouverez le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de ce drame romantique.

Dans cette scène, la vieille Ciuta, après avoir surpris à la scène précédente Octave et Marianne conversant ensemble en pleine rue, rapporte ici l’évènement à Cœlio. La scène suivante donnera lieu à une nouvelle rencontre entre Octave et Marianne, lors de laquelle la jeune femme fera part à son interlocuteur de son désir de prendre un amant. Ainsi, coincée entre deux entrevues décisives de Marianne et Octave, la scène 2 de l’acte ii révèle et annonce déjà l’inévitable échec de l’entreprise de séduction de Cœlio.

Après une mise en contexte dans laquelle on situe l’extrait dans l’œuvre, le commentaire composé s’intéresse à la profonde mélancolie du héros romantique Cœlio – rendue par la suite d’exclamations dans sa dernière réplique - et à sa préférence pour un amour spirituel et absolu. La tension tragique inhérente à l’amour absolu de Cœlio, la dimension prophétique de la scène et l’incommunicabilité entre Cœlio et l’objet de son amour sont également abordés.

A propos du livre "Les Caprices de Marianne"

Les Caprices de Marianne paraissent dans la Revue des deux mondes le 15 mai 1833, la même année que André del Sarto et Rolla. Et de fait, s’il y a bien un point commun entre Les Caprices de Marianne et les autres œuvres de jeunesse de Musset, c’est que toutes tournent autour de la relation amoureuse, de la fidélité et de la différence qui existe entre hommes et femmes. Toutes, à l’exception de Fantasio, parlent de trahison et d’amour déçu. On penserait presque que sa relation orageuse avec George Sand, qu’il ne rencontre qu’en juin 1833, lui a inspiré la prétendue trahison de Cœlio par Octave. Il n’en est pourtant rien.

Alfred de Musset

Né le 11 décembre 1810 à Paris, Alfred de Musset est d'abord un élève brillant passionné par le droit et la médecine mais abandonne vite ses études tôt pour se livrer à l’écriture. Il écrit sa première oeuvre littéraire intitulée Contes d'Espagne et d'Italie alors qu'il n'a que 19 ans (1829).

À partir de 1832, il publie son théâtre destiné à être lu plutôt que joué : sa modernité est mal perçue et il vit mal l’absence de reconnaissance. En 1834, il publie Lorenzaccio, bientôt considéré comme un chef-d’œuvre du drame romantique, qui ne sera presque jamais représenté intégralement. L'oeuvre est directement issue de sa relation tumultueuse avec George Sand, qui lui inspire également la pièce On ne badine pas avec l'amour, publiée la même année dans La Revue des Deux Mondes. Ces tumultes ajoutent au tourment qu’il exprime dans La Confession d’un enfant du siècle en 1836.

Plus de dix ans plus tard, son œuvre commence à connaitre un certain succès, jusqu’à un triomphe à La Comédie française. Il reçoit la Légion d'honneur en 1845, en même temps que Balzac, et entre à l’Académie française en 1852, année de publication de ses œuvres complètes. Il meurt en 1857 de la tuberculose et son œuvre connaitra un important succès à la fin du XIXe siècle.

Alfred de Musset est considéré actuellement comme l'un des plus grands écrivains du romantisme littéraire français. Sa relation avec l'écrivaine George Sand a d'ailleurs fait l'objet d'un premier film intitulé Les Enfants du siècle, réalisé par Diane Kurys en 1999 puis d'un deuxième film, plus récent, intitulé Confession d'un enfant du siècle, réalisé par Sylvie Verheyde en 2012.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236241

ISBN numérique : 9782806232984

Ces analyses du livre "Les Caprices de Marianne" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Les Caprices de Marianne" ont également acheté