La Peste : Commentaire sur L'épilogue (fin de l'oeuvre)

4.5/5 (1 avis)
Description du commentaire sur La Peste (Albert Camus)

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de l’épilogue de La Peste d’Albert Camus, avec une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de ce roman chargé de symboles.

Le narrateur dévoile dans l’épilogue son identité : il s’agit en fait du personnage principal de l’action, le docteur Rieux. Le chroniqueur cherche alors à justifier son œuvre et tient à rassurer le lecteur sur sa qualité de « témoin », en insistant sur son objectivité. Il dresse pour cela un autoportrait rassurant pour le lecteur, où son honnêteté est mise en avant. Il insiste sur sa position de « témoin » et se qualifie de « témoin objectif », « fidèle » et « de bonne volonté ».

Après une mise en contexte dans laquelle on situe l’extrait dans l’œuvre, le commentaire composé s’intéresse au souci d’objectivité du narrateur, au côté vivant de l’épilogue grâce à l’insertion de deux scènes de dialogues, et à la liberté retrouvée de la ville d’Oran, qui se trouve cependant toujours sous le signe de la menace, d’où l’appel à la vigilance du narrateur. La dimension allégorique de la peste - qui représente l’Occupation nazie - et la conclusion du roman, empreinte d’humanisme et d’optimisme sont également commentées.

Voir plus
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage de l'épilogue de La Peste reproduit

  • Mise en contexte (2 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l'analyse de l'extrait : la situation de l'extrait étudié

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière des thèmes du témoignage, de la liberté et de l’allégorie

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "La Peste"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de l’épilogue de La Peste d’Albert Camus, avec une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de ce roman chargé de symboles.

Le narrateur dévoile dans l’épilogue son identité : il s’agit en fait du personnage principal de l’action, le docteur Rieux. Le chroniqueur cherche alors à justifier son œuvre et tient à rassurer le lecteur sur sa qualité de « témoin », en insistant sur son objectivité. Il dresse pour cela un autoportrait rassurant pour le lecteur, où son honnêteté est mise en avant. Il insiste sur sa position de « témoin » et se qualifie de « témoin objectif », « fidèle » et « de bonne volonté ».

Après une mise en contexte dans laquelle on situe l’extrait dans l’œuvre, le commentaire composé s’intéresse au souci d’objectivité du narrateur, au côté vivant de l’épilogue grâce à l’insertion de deux scènes de dialogues, et à la liberté retrouvée de la ville d’Oran, qui se trouve cependant toujours sous le signe de la menace, d’où l’appel à la vigilance du narrateur. La dimension allégorique de la peste - qui représente l’Occupation nazie - et la conclusion du roman, empreinte d’humanisme et d’optimisme sont également commentées.

A propos du livre "La Peste"

La Peste évoque les efforts du docteur Rieux et de quelques autres habitants pour enrayer une épidémie de peste qui frappe la ville d'Oran dans les années 1940. Ce roman paru en 1947 (premier grand succès en librairie pour l'auteur) marque une évolution importante dans l'œuvre et la pensée de Camus, puisqu'il rompt avec le cycle de l'absurde et inaugure celui de la révolte. Largement admiré, parfois critiqué, c'est notamment grâce à La Peste que Camus a trouvé un écho considérable dans le monde entier.

Albert Camus

Albert Camus (1913-1960) est ce qu’on appelle un pied noir, c’est-à-dire un Français né en Algérie. Orphelin de père élevé par sa grand-mère, il habite toute son enfance dans un quartier populaire d’Alger, côtoyant le soleil, la mer et surtout la misère. Après des études à Alger, il rejoint Paris en tant que journaliste (notamment pour les journaux Combat et Paris-Soir). Engagé politiquement, il écrit sur des sujets sensibles comme le stalinisme et le régime totalitaire soviétique et défend les musulmans d'Afrique du Nord contre les inégalités dont ils sont victimes.

Passionné de théâtre et de philosophie, il publie son premier ouvrage en 1937, intitulé L'Envers et l'Endroit, qui marquera le début d'un univers littéraire riche et varié. Romans, pièces de théâtre, nouvelles, poèmes et essais philosophiques, Albert Camus est aussi bien engagé au niveau politique qu'au niveau littéraire. Personnage influent au sein des cercles intellectuels de l’époque, il y forge sa célèbre réflexion sur l’absurde de la condition humaine et crée son fameux cycle de l'absurde en 1942 avec les oeuvres L'Étranger (1942), Le Mythe de Sisyphe (1942), Caligula (1944) et Le Malentendu (1944).

Après avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1957, il meurt prématurément dans un accident de voiture en 1960 dans la petite ville de Villeblevin. Son roman L'Étranger a été traduit dans de nombreuses langues et a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Luchino Visconti en 1967. Il est classé dans les 100 meilleurs livres de tous les temps en 2002 par le Cercle norvégien du livre.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806232809

ISBN papier : 9782806236050

Ces analyses du livre "La Peste" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "La Peste" ont également acheté